La campagne de censure sur le changement climatique

Editorial, The Wall Street Journal, 6 octobre 2022 (traduction)

La gauche exige que les médias sociaux ferment le débat, même sur les solutions.

 

Elon Musk a déclaré cette semaine qu’il achèterait Twitter après tout, et l’espoir pour le discours en ligne est que son hétérodoxie en matière de fusées et de lance-flammes pourrait être une réponse à la maladie des médias sociaux. Il n’aura pas la tâche facile. Mardi, plus d’une douzaine d’organisations environnementales, dont Greenpeace et l’Union of Concerned Scientists, ont écrit aux grandes entreprises technologiques pour les accuser “d’amplifier et de perpétuer la désinformation sur le climat”.

Ce que demande la lettre semble modeste, mais les implications sont claires. La loi sur les services numériques récemment adoptée par l’Union européenne comprend des règles de transparence, et les groupes verts veulent que la Silicon Valley “s’engage à inclure la désinformation climatique en tant que catégorie distincte dans ses politiques de signalement et de modération du contenu dans et hors de l’UE”. Ils pourraient ensuite se plaindre que les géants de la technologie ne font pas assez de censure.

La lettre a été adressée à Twitter, Facebook, Google et YouTube, TikTok et Pinterest. Au moins, le public peut la lire. Quelle est la part de ce lobbying qui se déroule en coulisses ?

“Nous avons établi un partenariat avec Google”, a déclaré Melissa Fleming, sous-secrétaire à la communication des Nations unies, à un panel le mois dernier. “Si vous tapez ‘changement climatique’ sur Google, en haut de votre recherche, vous obtiendrez toutes sortes de ressources de l’ONU. Nous avons commencé ce partenariat lorsque nous avons été choqués de voir que lorsque nous Googlions ‘changement climatique’, nous obtenions des informations incroyablement déformées en haut de la page.”

Huh. Qui d’autre s’est “associé” à la Silicon Valley ? Ce n’est pas une “fake news”, pour reprendre une expression, que de souligner qu’Internet est rempli de mauvaises informations. Au milieu de la pandémie, Facebook a travaillé avec les Centres de contrôle et de prévention des maladies pour vérifier les affirmations selon lesquelles les vaccins Covid-19 pourraient provoquer du “magnétisme” ou “modifier la couleur du sang”. Twitter a demandé aux CDC s’ils pouvaient signaler “des exemples de fraude, comme des cures de covid frauduleuses, des cartes de vaccins frauduleuses”.

Pourtant, le fait de se demander si le virus Covid-19 n’aurait pas pu s’échapper d’un laboratoire chinois a également été rejeté dans un premier temps comme une folie à chapeau d’aluminium. Peu de temps après, des experts de renommée scientifique ont reconnu qu’il s’agissait d’une possibilité réelle à discuter sérieusement. C’est mauvais signe lorsqu’un côté d’un débat politique exige de couper les microphones des gens de l’autre côté – et les censeurs de la technologie de nos jours sont presque uniformément des progressistes.

En ce qui concerne le changement climatique, l’étiquette de la désinformation est appliquée généreusement même aux personnes qui reconnaissent que le changement climatique est réel, qu’il est causé par les combustibles fossiles et qu’il constitue un problème… mais qui pensent également que l’humanité peut s’adapter, que les prédictions apocalyptiques sont exagérées ou que les subventions pour l’énergie verte sont un mauvais investissement.

“Nous avons besoin que les entreprises technologiques se jettent à l’eau”, a déclaré cet été Gina McCarthy, conseillère de la Maison Blanche pour les questions climatiques. La dissidence s’est déplacée du “déni” du changement climatique vers “les valeurs de l’énergie solaire, les valeurs de l’énergie éolienne”, a-t-elle poursuivi, mais “cela est tout aussi dangereux que le déni”.

En d’autres termes, la censure doit augmenter au fur et à mesure que le public résiste aux solutions privilégiées par le lobby climatique. Si les idées de Gina McCarthy perdent un débat, la cause doit en être la “désinformation.” Avec de telles déclarations de la part des grands de la Maison Blanche, il n’est pas étonnant que les sceptiques du pouvoir des grandes technologies gagnent du terrain ?

La gauche souhaite de plus en plus que la Silicon Valley déploie ses boutons muets pour étouffer l’opposition, notamment sur le climat. Si les plates-formes cèdent, elles devront supplier le prochain Congrès républicain de réécrire le bouclier de responsabilité de la section 230. Le sénateur Josh Hawley a proposé un projet de loi en 2019 pour que les sites internet obtiennent un certificat fédéral prouvant l’absence de partialité. C’est une mauvaise idée, mais une idée que la poussée continue de la censure fait de son mieux pour populariser.

Ce qui nous ramène à M. Musk, en supposant que son achat de Twitter se concrétise. Ses projets pour le site social sont loin d’être clairs, mais il a dit ou tweeté par le passé que Twitter devrait être la place publique moderne et devrait être une “arène inclusive pour la liberté d’expression”. Un bon moyen d’envoyer ce message serait de faire taire les censeurs du climat.

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2022 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2022 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire