L’Allemagne remporte son bras de fer avec la Commission européenne et sauve les véhicules à moteur thermique

Un article de Transitions & Energies du 27/3/23

La Commission européenne et l’Allemagne ont annoncé avoir trouvé un accord sur un aménagement de l’interdiction de vente en Europe de véhicules neufs à moteur thermique d’ici 2035. Il ouvre la voie à la poursuite de la vente de tels véhicules s’ils fonctionnent avec des carburants de synthèse décarbonés. Un succès pour Christian Lindner, le chef des libéraux allemands qui appartiennent à la coalition au pouvoir. Il est parvenu à infléchir d’abord la position du gouvernement allemand et ensuite celle de la Commission européenne.

Face à une opposition suffisamment forte pour empêcher l’adoption définitive de l’interdiction de vente d’ici 2035 de véhicules neufs à moteurs thermiques, la Commission européenne a fini, de mauvaise grâce, par faire machine arrière. Il faut dire que face à la Pologne, l’Italie, la Bulgarie, la République Tchèque, l’Autriche, la Slovaquie, la Hongrie, la Roumanie et surtout l’Allemagne, la Commission n’avait pas les moyens d’un passage en force pour un vote au Conseil.

Résultat, la Commission et l’Allemagne ont annoncé samedi 25 mars avoir trouvé un accord pour débloquer un texte assouplissant l’interdiction des moteurs thermiques après 2035. Il ouvre la voie à la poursuite de la commercialisation de moteurs thermiques fonctionnant avec des carburants dits de synthèse, fabriqués notamment à partir d’hydrogène décarboné ou vert et de CO2 issu des activités industrielles ou même capté dans l’atmosphère. «Nous avons trouvé un accord avec l’Allemagne sur l’utilisation future des carburants de synthèse», a annoncé le commissaire européen à l’Environnement Frans Timmermans.

Un vote définitif le 28 mars

Dans les faits, l’accord ne modifie pas le texte adopté par les représentants des États membres et le Parlement européen l’année dernière que plusieurs pays ont finalement refusé de voter dont l’Allemagne. Après l’approbation des ministres, la Commission indiquera les prochaines étapes de la mise en œuvre de la disposition sur les carburants synthétiques permettant la commercialisation de véhicules neufs  à moteurs à combustion interne après 2035. «Nous nous sommes mis d’accord sur des étapes procédurales et un calendrier spécifique. Le processus sera terminé d’ici l’automne 2024», a expliqué Volker Wissing, le ministre allemand des Transports qui appartient au parti libéral. La présidence suédoise du Conseil de l’Union Européenne a ajouté que la législation devrait être définitivement adoptée le mardi 28 mars lors d’une réunion des ministres de l’Energie.

Contrainte et forcée, la Commission négocie depuis plusieurs semaines une sortie de crise avec Berlin qui réclamait un engagement bien plus ferme sur les carburants de synthèse. Leur utilisation était déjà évoquée dans le texte initial mais dans un considérant jugé juridiquement trop peu contraignant.

La technologie des carburants de synthèse est défendue par des constructeurs allemands et italiens qui soulignent les risques économiques, industriels et sociaux pour l’Europe d’être le seul continent à abandonner purement et simplement la motorisation thermique. Une technologie dans laquelle les groupes automobiles européens

Article réservé aux abonnés

Nos articles sont généralement publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

9 réponses

  1. Porsche a reconnu que le prix de revient sera entre 6 et 8 euros HT par litre.
    L’état y rajoutera sa TICPE + TVA : on sera à 20€ du litre.
    Même pour un propriétaire de Porsche, ça va quand même faire cher !
    C’est juste une toute petit épine dans le pied de l’Europe

      1. @fritz, absolument, l’ami, du pétrole, on en a des masses, des masses, des masses et…encore des masses et des masses…mème en 2100, le pétrole coulera encore à flots

  2. Avec une durée de vie d’une voiture de 25 ans, ça veut dire que les dernières autos thermiques européennes fabriquées en 2034 s’éteindraient vers 2060.
    Conséquences rien qu’en Afrique (qui sera incapable de faire circuler des auto électriques tant physiquement que économiquement) >>>à partir de 2060 quasi 100% du parc auto africain (toujours thermique) sera fabriqué en Chine ….
    Et quand on sait que en 2060, y aura 2,6 milliards d’habitants, on voit là le fabuleux marché qui est offert un plateau d’argent aux chinois
    L’Europe aura dé-fi-ti-ve-ment tué son savoir faire dans cette glorieuse industrie qu’est l’industrie automobile…c’est ce qui s’appelle se tirer une balle dans le pied
    Les Chinois doivent ètre MORTS de RIRES !!!!!
    comment peut-on ètre aussi idiot???????

  3. Les prix des carburants synthétiques seront bien plus faibles que ce qui est annoncé par Porsche:
    Les carburants synthétiques acceptables ne doivent pas concurrencer ni l’alimentation humaine ni animale et ne doivent pas provenir de produits fossiles.
    Les voies possibles sont:
    CO2 industriel ou atmosphérique réagissant avec l’H2 obtenue par électrolyse en passant par le méthanol ou l’acide formique
    CO2 industriel ou industriel ou atmosphérique réagissant directement avec l’eau (Température plus élevée)
    Voie des microalgues avec ensoleillement naturel ou artificiel.
    Pour toutes ces voies des installations existent et les prix sont connus.

    Les Chinois ne se priveront pas d’utiliser les voies classiques à partir du charbon. mais interdites par l’UE.

  4. @Terrier Marcel
    “”””””Les carburants synthétiques acceptables ne doivent pas concurrencer ni l’alimentation humaine ni animale””””””
    Faut arrêter de carburer au Médoc

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire