Le climat par les chiffres de Christian Gérondeau

Le 9 août, le groupe de travail n°1 du GIEC a publié dans le cadre du 6ème rapport de l’organisme un document de près de 2  000 pages, dont il est précisé qu’il a été rédigé par 751 auteurs émanant de 66 pays, qu’il cite plus de 14.000 références et a pris en compte 78.007 commentaires de gouvernements et d’experts. Un tel ensemble est évidemment illisible par quiconque.

C’est pour remédier à cette lacune qu’a été écrit le présent opuscule dans le but de mettre à la portée de tous les quelques chiffres nécessaires pour…

Acheter le livre à la FNAC

Voir la présentation sur Sud-Radio (Interview par André Bercoff le 2/3/23) (35 mn)

Nos articles sont généralement publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

9 réponses

  1. Faut commencer près de vous
    – ne plus acheter de journaux pollués
    – ne plus écouter les medias ou regarder la télé
    – éduquer vos enfants
    – demander la dissolution du gouvernement
    – supprimer l’ASN et l’ADEME
    – faire un bras d’honneur à Bruxelles et à l’UE
    – supprimer le GIEC donc faire un bras d’honneur à l’ONU
    Tous ces organismes coutent un max et polluent l’atmosphère avec leurs réunions et congrès
    Voilà quelques idées

    1. OK, mais ne pas supprimer l’ASN (ni l’ASND) où j’ ai été (en toute modestie) un ex cadre influent , mais juste son état-major actuel. Je me suis déjà exprimé sur ce point.
      Si le parc nucléaire a tenu la route malgré la trahison de nos “gouvernants” (Voynet et tout ce qui s’en suit), c’est grâce à l’ASN pendant un certain temps. Et on va en avoir besoin pour la crédibilité de la relance du parc. A cet égard la fusion avec l’IRSN est absurde. Encore une fausse bonne idée sortie du cervelet déconstruit de nos zélites auto-proclamées.

        1. L’ASN n’a pas de pouvoir décisionnel sur la politique énergétique. C’est du ressort du gouvernement.
          “Les peuples ont le gouvernement qu’ils méritent” (Montesquieu)

  2. L’ASN est responsable de la sûreté des réacteurs et autres installations nucléaires. Elle a le pouvoir et le devoir d’arrêter l’exploitation de ceux qui présentent donc des risques importants pour la sûreté. Ni l’ASN, ni les scientifiques de haut niveau qui ont fait connaître leurs avis (cf. auditions actuelles de la commission de l’AN présidé par le député Schellenberger) ne peuvent s’opposer à un décret de fermeture purement idéologique…
    En revanche, cette dernière commission dont les médias rendent compte de plus en plus montrent l’incapacité de nos responsables politiques de ces vingt dernières années à dépasser leurs propres intérêts électoraux de court terme… Et l’UE désormais prend le relais contre la relance de la seule filière d’avenir…

    1. Je suis d’accord avec Zagros. Chacun son rôle, l’ASN d’une part , l’IRSN de l’autre, à ne surtout pas mélanger car ils doivent être indépendants l’un de l’autre. On ne peut pas à la fois définir les normes et vérifier leur application, ce serait être juge et partie. Ce sont les États Majors (dirigeants) qu’il faut changer, car trop «politiques», au lieu d’être techniques et impartiaux.
      Quant aux gouvernements, l’enquête en cours de l’AN démontre chaque jour un peu plus leur niveau atterrant et pourri par l’idéologie et l’electoralisme.

  3. Christian Gérondeau est parfait dans cette intervention et l’interviewer le laisse bien exposer ses thèmes.
    Je regrette qu’à coté de l’argument d’inutilité des investissements EnR Christian Gérondeau n’évoque pas les aspects nuisibles et pour l’environnement et pour le climat des éoliennes et des capteurs solaires.

    Ces investissements sont non seulement inutiles mais nuisibles!

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire