Voitures électriques: la Cour des comptes européenne met en garde contre les errements de la stratégie bruxelloise

La Cour des comptes européenne dénonce les faiblesses de la stratégie européenne en matière de production de batteries électriques et met sérieusement en doute la possibilité de se passer de véhicules neufs à moteurs thermiques d’ici 2035.

Voir le rapport complet de la Cour des Comptes Européenne

Le nœud du problème est le risque de pénuries de matières premières dites stratégiques pour fabriquer les batteries et la dépendance européenne à leurs importations. Cela ne sert à rien de multiplier les usines géantes de batteries, si elles n’ont pas accès aux matières premières pour les fabriquer. Comme l’écrit la Cour :

« l’UE doit être plus attentive aux dures réalités géopolitiques et économiques… ».

 

Elles sont peu nombreuses les voix qui osent mettre en cause la stratégie européenne en matière de transports routiers et plus particulièrement le fait d’imposer à l’industrie et aux consommateurs le passage aux véhicules électriques à batteries en à peine plus d’une décennie.

Non seulement, cette stratégie présente de sérieuses faiblesses sur la réalité de la diminution des émissions de gaz à effet de serre, compte tenu notamment de l’empreinte carbone des centaines de kilos de batteries embarquées dans chaque véhicule, mais elle crée une cascade de problèmes industriels, économiques, financiers et sociaux.

C’est ce que dénonce la Cour des comptes européenne dans un rapport rendu public le 19 juin.

A la suite d’un audit approfondi, la Cour considère que la fin de la vente de véhicules neufs à essence ou diesel d’ici 2035 est presque impossible. L’institution ne croit pas que la stratégie industrielle européenne en matière de batteries électriques a la moindre chance de succès.

Les auditeurs envisagent deux scénarios.

Et selon les auditeurs, les chances d’éviter l’un des deux scénarios « sont faibles » :

« En prévoyant d’interdire les voitures neuves à essence ou diesel d’ici à 2035, l’UE mise gros sur les batteries. Mais elle n’a pas toutes les cartes en main ».

Une dépendance insurmontable aux matières premières indispensables à la fabrication des batteries

Article réservé aux abonnés
Déjà abonné ? Se connecter


Pour poursuivre la lecture de cet article

Abonnez-vous dès maintenant

à Transitions Energies

À partir de 23€ par an

> JE M’ABONNE

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

3 réponses

  1. Si, un jour, il y a des voitures électriques, ces dernières seront munies de batteries standards interchangeables entre vides et pleines dans des stations services adaptées en moins de 2mn!
    Comme à l’époque des diligences changeaient des chevaux fatigués pour des chevaux frais.

    Il ya avait des tricheurs!

  2. Si, un jour, il y a des voitures électriques, ces dernières seront munies de batteries standards interchangeables entre vides et pleines dans des stations services adaptées en moins de 2mn!
    Comme à l’époque des diligences changeaient des chevaux fatigués pour des chevaux frais.

    Il y avait des tricheurs!

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2024 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2024 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire