Eoliennes offshore : Communiqué de Presse des Gardiens du Large

Quiberon, 29 novembre 2023

Publié par la FED (Fédération de l’Environnement durable) le 2/12/23

Le grand débat public de planification des façades maritimes déjà démonétisé par le président Macron

Lors de son intervention aux Assises de la Mer à Nantes, le mardi 28 novembre, le président Macron a annoncé le lancement en 2025 d’un gros appel d’offres pour 10 GW d’éolien en mer. Cet ensemble, correspondant à environ 10 nouveaux parcs, viendrait s’ajouter aux 8 GW actuellement en service, en construction ou en projet avancé. Il constituerait une étape vers les 50 parcs, pour 45 GW, dont l’objectif pour 2050, a été arrêté aussi légèrement en juin 2023.

Une décision hors sol

Etrange empressement alors que l’appel d’offres en cours en Bretagne Sud (parc flottant AO5) peine à révéler ses soumissionnaires et que la filière éolienne offshore traverse une crise mondiale sans précédent …

Une décision qui sonne le glas de toute approche démocratique

Cette gestion personnelle des décisions industrielles de long terme par le président court-circuite le rôle des assemblées élues, qui doivent débattre et adopter la politique énergétique du pays, par une loi prévue au début de l’année 2024. Celle-ci devrait déboucher sur les décrets de la 3ème Programmation Pluriannuel de l’Energie (PPE 3) et de la 3ème Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC 3).

Elle retire également toute crédibilité à l’exercice de démocratie participative confié à la Commission Nationale du Débat Public, qui doit se dérouler du 20 novembre 2023 au 26 avril 2024. Ce débat public est dédié à la planification de l’espace maritime, à la mise à jour des documents stratégiques de façade et au développement de l’éolien en mer : pour approcher des obligations définies dans la convention d’Aarhus et dans la Charte de l’Environnement, le réglement du débat public aborde la problématique des solutions alternatives à l’éolien en mer. Cette ouverture, obligatoire juridiquement, est désormais lettre morte puisque le Président a décidé qu’il ne peut s’agir que d’éoliennes en mer, et bien mieux, qu’il vient d’en fixer le mode de mise en œuvre.

Dès lors, ne reste place qu’à la confrontation des intérêts particuliers pour définir la localisation des parcs éoliens à venir, vain échange déjà vécu pour le projet AO5, où l’administration impose finalement son choix.

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

2 réponses

  1. Même quand le processus administratif aboutit, incluant l’intervention de la Commission Nationale de Débat Public, il y a toujours des contestations à l’arrivée. Notre jeune président bureaucrate se fait des illusions en shuntant autoritairement certaines étapes administratives. C’est pareil côté nucléaire en voulant la fusion ASN/IRSN, l’Autorité de sûreté nucléaire et son Expert en sûreté et radioprotection, alors que l’organisation duale actuelle fonctionne bien.

  2. Nous ne sommes plus en démocratie: Les élus sont élus sans programmes, élus, ils font ce qu’ils veulent, seuls ceux qui sont prêts à utiliser la violence se font entendre et le Citoyen moyen, le maillon faible du système, est condamné à payer pour des investissements inutiles, des objectifs illusoires!

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2024 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2024 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire