Les éoliennes d’une forêt bretonne arrêtées la nuit pour protéger les chauves-souris de l’hécatombe

La forêt de Lanouée, deuxième plus grand massif forestier de Bretagne, compte 17 éoliennes qui ont été inaugurées en avril 2023. Les craintes des associations pour la biodiversité se sont avérées être une triste réalité. Cet été, en l’espace de trois mois, quarante-huit cadavres de chauves-souris ont été retrouvés, ce qui pourrait n’être que la pointe de l’iceberg.

La longue saga du parc éolien des Forges-de-Lanouée (Morbihan) est loin d’être terminée. Inquiètes pour les 66 espèces protégées de la forêt, les associations de protection de la nature et les riverains ont lutté pendant 13 ans contre l’implantation de ce projet en pleine forêt de Lanouée. Les 17 éoliennes ont finalement été mises en service en février 2023, rapporte le journal local Le Ploërmelais.

L’une des inquiétudes du Groupe mammalogique breton (GMB) et de l’association Bretagne vivante concernait les chauves-souris. Le tout récent rapport d’impact du parc éolien sur la biodiversité montre que leurs craintes étaient bien réelles : « 48 cadavres de chauves-souris ont été retrouvés entre le 12 juin 2023 et le 25 septembre 2023 ».

D’après les associations, le nombre de cadavres retrouvés est probablement seulement une partie du nombre de chauves-souris victimes des éoliennes, vu la végétation forestière dense et la présence de charognards, indique France 3« Il est donc clairement établi que ce parc a tué plusieurs centaines de chauves-souris », concluent les associations.

Les chiroptères sont décédés de barotraumatisme, « un changement de variation de pression très rapide ». Ces variations de pression atmosphériques causées par le déplacement des pales réduisent en bouillie les organes internes des chauves-souris et entraîne leur mort, précise Thomas Le Campion, expert chauves-souris au GBM.

Le principe de précaution mis en œuvre pour la première fois

Les associations ont été entendues par la sous-préfète de Pontivy et les services de l’État, qui « se sont engagés à imposer les actions nécessaires pour l’arrêt nocturne des 17 éoliennes de la forêt de Lanouée », se réjouissent les associations, selon Ouest-France. La défaillance de l’exploitant, Boralex, a bien été reconnue au cours de cette réunion.
 
« Ils vont, pour la première fois, mettre en œuvre le principe de précaution sur un parc éolien en exigeant de l’exploitant une preuve de l’absence d’activité des chauves-souris à proximité des éoliennes pour les remettre en route la nuit », expliquent le GBM et Bretagne vivante.
 
Une plainte pour destruction d’espèce protégée a été déposée auprès des services de l’Office français de la biodiversité du Morbihan.
« Une augmentation prévisible de la mortalité pour les prochaines années »

Par ailleurs, les associations demandent, de manière générale, l’arrêt du développement des parcs éoliens en forêt. Les seules zones encore disponibles pour le développement des parcs éoliens se trouvant dans « les grands cœurs de biodiversité que sont les massifs forestiers », elles prévoient « une augmentation prévisible de la mortalité pour les prochaines années ».

L’impact des éoliennes sur les chauves-souris est connu depuis longtemps. Par exemple, une étude publiée dans BioSicence en 2013 conclut que plus de 600.000 chiroptères sont probablement morts à cause des éoliennes en 2012 aux États-Unis, principalement pour cause de barotraumatisme, indique Radio Canada.

Tout récemment, la Commission européenne a publié en janvier 2023 que malgré des mesures minimisant l’impact des éoliennes sur les chauves-souris, les chercheurs estiment à 200.000 le nombre de ces mammifères nocturnes qui en sont victimes chaque année en Allemagne.

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Une réponse

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2024 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2024 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire