Les chiffres inquiétants des passoires thermiques françaises

Une étude réalisée par Hello Watt pour Europe 1 analyse les données des Diagnostics de performance énergétique (DPE) réalisés en France. Les passoires thermiques sont loin d’être un sujet anodin pour certains départements.

C’était un sujet anodin quand ce document créé en 2006 n’avait aucune valeur autre qu’informative. Mais depuis 2021, le Diagnostic de performance énergétique (DPE) est devenu critique pour bon nombre de propriétaires. À l’occasion de la journée de précarité énergétique du jeudi 30 novembre, Hello Watt réalisé une étude pour Europe 1, avec pour objectif l’identification du profil et de la localisation des passoires thermiques en France. Car ces logements, classés en F et G, constituent une part massive du parc immobilier du pays.

L’île-de-France est particulièrement touchée. 42 % des habitations de la ville de Paris intègrent cette catégorie qui considère que la consommation énergétique sera supérieure à 450 kWh/m2 d’énergie finale par m2 de surface habitable et par an. Les villes de la banlieue proche ne sont pas épargnées : Vincennes (44 %) occupe la première marche du podium des 50 plus grosses villes de France, suivie de près par Colombes (43 %). Sur ces 50 villes analysées, neuf appartiennent à l’île-de-France.

Ces données collectées de la base de l’ADEME en 2021, permettent d’identifier un logement « passoire thermique » type : un appartement de 67 m2 construit en 1953. Pour autant, ce n’est pas qu’une question parisienne : la province n’est pas en reste, certains départements ruraux sont éminemment touchés. Plus d’un logement sur deux est une passoire thermique en Creuse (52 %) et dans le Cantal (50 %). La Lozère fait à peine mieux avec 49 %. Trois départements qui coïncident avec un niveau de vie médian inférieur à 19 000 euros annuels en 2019 (Insee), parmi les plus faibles de la métropole.

L’Union européenne à la manœuvre

Ce classement DPE est donc une très mauvaise nouvelle pour ces occupants, tout du moins leurs propriétaires. Car l’État entend bloquer les locations — et donc diminuer…


Contenu réservé aux abonnés

53 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Une réponse

  1. Ce ne sont pas les passoires thermiques qui provoquent un problème mais les interventions du législateur.
    Tout est fait pour contraindre donc pour tout bloquer!
    Le libéralisme n’existe plus! Pourtant il suffisait de déclarer que les DPE ne servent qu’à améliorer les informations communiquées aux acheteurs potentiels à eux de prendre leur décisions en négociant et en faisant réaliser leurs propres DPE car on sait qu’on ne peut pas faire confiance aux organismes actuellement en charge de les faire.
    De plus, il est prouvé que, après renforcement des isolations les gains énergétiques attendus ne sont pas au RDV!!!

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2024 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2024 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire