L’efficacité énergétique, presque une formule magique

L’Agence internationale de l’énergie a rendu public un volumineux rapport sur l’efficacité énergétique. Elle a fait de ce thème, moins de consommation d’énergie pour le même service rendu, son nouveau cheval de bataille et réunit à Versailles cette semaine, les 7 et 8 juin, 700 décideurs dont 30 ministres et 50 Pdg, pour faire passer la bonne parole. Les investissements dans ce domaine vont atteindre des niveaux records dans le monde cette année, mais cela reste insuffisant pour que les scénarios de décarbonation accélérée fonctionnent.

C’est la martingale, l’argument de dernier recours pour valider les scénarios les plus optimistes ou les plus invraisemblables de décarbonation accélérée. Quand les modèles ne fonctionnent pas et les hypothèses sont trop éloignées du réel, il suffit d’ajouter une grosse pincée d’efficacité énergétique, c’est-à-dire une baisse de la consommation d’énergie pour le même service rendu, pour que les scénarios redeviennent possibles… un peu par magie.

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) n’échappe pas à cette règle. Son rapport publié mercredi 7 juin sur l’efficacité énergétique s’inscrit parfaitement dans cette logique. Il souligne que les investissements mondiaux dans l’efficacité énergétique vont atteindre un niveau record en 2023, à 624 milliards de dollars, mais devront être multipliés par trois si le monde veut respecter la trajectoire de neutralité carbone en 2050.

Une boite à outils de l’AIE pour les dirigeants politiques

En fait, l’AIE, émanation de l’OCDE, a fait de l’efficacité énergétique son nouveau cheval de bataille, les autres, comme l’arrêt de tout investissement dans les énergies fossiles, n’ayant pas vraiment eu d’impact. L’agence a réunit ainsi cette semaine, les 7 et 8 juin, à Versailles, à l’occasion de sa huitième conférence annuelle sur l’efficacité énergétique, 700 décideurs dont plus de 30 ministres, d’Asie, d’Afrique et d’Europe et plus de 50 Pdg pour faire passer la bonne parole. Pour convaincre, elle a même élaboré à l’intention des dirigeants politiques une boite à outils avec des exemples de mesures « faciles » à mettre en œuvre dans des domaines aussi variés que la cuisson des aliments, le chauffage, la climatisation…

Mais il n’est pas sûr …

Article réservé aux abonnés
Déjà abonné ? Se connecter


Pour poursuivre la lecture de cet article

Abonnez-vous dès maintenant


à Transitions Energies

À partir de 23€ par an


> JE M’ABONNE

Nos articles sont généralement publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire