Changement des chaudières à gaz : l’objectif du gouvernement serait “potentiellement très coûteux pour les consommateurs”, selon UFC-Que Choisir

En mai, la Première ministre Elisabeth Borne a présenté un plan de réduction des émissions de gaz à effet de serre de la France, dans lequel le changement des chaudières figure parmi les premiers postes ciblés.

Le gouvernement veut remplacer d’ici quelques années des millions de chaudières à gaz et l’UFC-Que Choisir est, mardi 25 juillet, très critique sur cet objectif. Selon l’importante association de défense des consommateurs, cela serait “potentiellement très coûteux pour les consommateurs” et son bilan environnemental “incertain”.

La Première ministre Elisabeth Borne a présenté en mai un plan de réduction des émissions de gaz à effet de serre de la France, dans lequel le changement des chaudières figure parmi les premiers postes ciblés, sans évoquer de calendrier précis. Selon le président de la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb), Jean-Christophe Repon, la Première ministre a évoqué 2026 comme “échéance possible et potentiellement souhaitable”. Pour l’UFC-Que Choisir, la concertation lancée sur le sujet et qui s’achève à la fin du mois est un “simulacre”, puisque à ses yeux “au mépris des réponses qui seront apportées, la Première ministre s’est déjà prononcée pour une fin de la commercialisation de nouvelles chaudières à gaz dès 2026”.

Les modes de chauffage alternatifs peuvent induire un surcroit de production d’électricité

En outre, la concertation se tient “sans fournir aucune évaluation complète de l’impact environnemental d’une telle mesure”. Le gestionnaire du réseau de haute tension RTE “ne publiera qu’en septembre, soit après la fin de la concertation, une étude visant à ‘évaluer correctement les nouveaux besoins d’électricité'”, explique l’association.

L’UFC-Que choisir alerte également sur le fait que les modes de chauffage alternatifs, comme les pompes à chaleur, peuvent induire un surcroit de production d’électricité. “Rien ne permet aujourd’hui d’affirmer que le bilan environnemental d’une réduction du parc de chaudières à gaz serait positif” in fine, dit-elle. De surcroît, dénonce encore l’association, “changer de mode de chauffage dans des logements mal isolés est une aberration” et pourrait conduire “soit à une insuffisance forte de chauffage, soit à une croissance trop forte de la pointe électrique en hiver”.

Dernier point, qui grève les finances de nombreux ménages : interdire de commercialiser des chaudières à gaz ferait peser les coûts d’acheminement du gaz (30% de la facture hors taxe actuellement) sur “un parc de plus en plus restreint d’abonnés”, sachant que certains d’entre eux seraient dans l’impossibilité matérielle d’installer une pompe à chaleur, qui “ne peut pas être mise en place” sans espace extérieur, relève l’association.

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Une réponse

  1. J’ai consulté des entreprises pour faire un remplacement de ma chaudière fioul par une pompe à chaleur air /eau et j’ai posé quelques questions techniques dont les réponses devaient servir à vérifier si le contrat était respecté.
    -Mise en place d’un compteur électrique dédié à la nouvelle installation de chauffage
    -Mise en place d’un compteur de calories entre entrée et sortie de l’eau de chauffage
    -Taux de fonctionnement escompté sur un an et en instantané dans différents cas:
    -Surface des radiateurs inchangées (Elle est déjà importante)
    -Doublement des surfaces de radiateurs
    -Température extérieure supérieure à 7°C
    -Température extérieure située entre 0°C et -5°C
    -Température extérieurs inférieure à -15°C
    Aucun n’a donné suite tous ont préféré répondre à ma voisine qui n’y connait rien!

    En effet à partir d’une certaine température extérieure qui dépend des caractéristiques de l’installation le chauffage devient purement électrique!

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2024 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2024 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire