7.000 milliards de dollars de subventions aux hydrocarbures, attention aux effets d’annonce

Un rapport du Fonds monétaire international (FMI) montre que les subventions mondiales au pétrole et au gaz ont atteint l’an dernier le niveau record de 7.000 milliards de dollars. En fait, seulement 18% de ce montant correspond à des subventions directes. Le reste, 5.740 milliards de dollars, correspond au calcul par le FMI des dommages causés à l’environnement par l’utilisation de ses hydrocarbures. Le Fonds considère que la seule façon pour l’Humanité de mener la transition énergétique est de se passer des carburants fossiles et d’augmenter considérablement leurs prix afin de les rendre inabordables.

 

Dans un rapport rendu public il y a quelques jours, le Fonds monétaire international (FMI) dénonce le fait que les subventions mondiales au pétrole et au gaz ont atteint l’an dernier le niveau record de 7.000 milliards de dollars. Un chiffre hallucinant – le Pib mondial était l’an dernier de 101.002 milliards de dollars et celui de la France de 2.950 milliards de dollars – mais qu’il convient pourtant de prendre avec certain recul. Car le FMI précise qu’en fait 18% du montant de 7.000 milliards de dollars correspond à des subventions directes qui ont tout de même été multipliées par deux depuis 2012. En tout cas, le reste des 7.000 milliards de dollars, soit 5.740 milliards de dollars, est en fait  le calcul par le FMI  de la «sous-facturation pour le réchauffement climatique et la pollution atmosphérique locale» et non un soutien gouvernemental réel au pétrole et au gaz. C’est-à-dire le calcul par le FMI de l’impact environnemental lié à la consommation annuelle des hydrocarbures.

L’impact de la crise énergétique

Le rapport du FMI est paru juste quelques jours seulement après qu’une autre organisation, le International Institute for Sustainable Development (l’Institut international du développement durable), un think tank sur le climat, ait vertement critiqué le G20 pour ne pas avoir mis fin aux subventions au pétrole et au gaz en dépit des engagements pris lors de la COP26 il y a maintenant deux ans.

L’Institut a calculé que les 20 plus grandes économies du monde ont dépensé …


 

Article réservé aux abonnés
Déjà abonné ? Se connecter


Pour poursuivre la lecture de cet article
Abonnez-vous dès maintenant

à Transitions Energies

À partir de 23€ par an

> JE M’ABONNE

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2024 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2024 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire