70 % des forêts africaines ont disparu. Sans énergie abordable, elles disparaîtront

(Un communiqué de presse de nos confrères britanniques)

Londres, le 24 octobre : Net Zero Watch publie aujourd’hui deux nouveaux articles importants sur les besoins énergétiques de l’Afrique et les implications désastreuses de la pauvreté énergétique. Écrites par le journaliste zimbabwéen Geoff Hill, les deux publications ont été lancées au Parlement hier soir.

70 % des forêts africaines ont été abattues et le reste diminue rapidement. En Afrique, une superficie de la taille de la Suisse est déforestée chaque année, et on estime que 90 % du bois est utilisé pour la cuisine ou le chauffage.

En lien avec cela, sur un continent qui abrite les fleuves Nil, Zambèze et Congo, pourquoi des centaines de millions de personnes luttent-elles pour l’eau ? Même là où la plomberie existe, les barrages sont souvent pleins mais les canalisations sont sèches.

Les deux problèmes proviennent du manque d’électricité : les arbres sont coupés pour faire du charbon de bois et l’eau ne peut pas être pompée vers un réservoir. Dans deux nouveaux articles percutants, Hill examine non seulement les causes, mais aussi les moyens par lesquels le Royaume-Uni pourrait aider.

S’exprimant devant la Chambre des Lords, Hill a déclaré :

“Avec Internet, les gens ont partout les mêmes attentes. L’électricité, l’eau du robinet et le style de vie que l’on voit à la télévision. Il n’y a pas de place pour une mentalité « nous et eux » parmi les pays donateurs. Les attentes sont largement égales, quel que soit l’endroit où vous vivez.”

Document 1 :  Le problème brûlant de l’Afrique : le charbon de bois et la perte des forêts (pdf)

« En Afrique, une superficie de la taille de la Suisse est déforestée chaque année, et on estime que 90 % du bois est utilisé pour cuisiner ou pour chauffer la maison… Il existe un besoin en énergie fiable, et à un prix abordable pour les populations locales. . Sans cela, la forêt continuera de diminuer et, à terme, disparaîtra. »

Document 2 :  De l’eau propre pour l’Afrique : un rêve dont l’heure est venue (pdf)

 

“Pour offrir aux Africains une meilleure qualité de vie, nous devons faire plus que blâmer le climat. Il existe des solutions, et la plupart d’entre elles passent par l’électricité. C’est la clé pour garantir à chacun le droit humain fondamental à l’eau potable.”

Geoff Hill est un écrivain zimbabwéen travaillant à travers l’Afrique. Sa carrière médiatique a débuté au  Manica Post  à Mutare en 1980 et il a travaillé sur les six continents, notamment en tant que responsable des reportages spéciaux pour  The Australian . Depuis 2002, il est correspondant Afrique  du Washington Times , ainsi que directeur de la société de risque africaine Something of Value Ltd. Il parle couramment l’anglais, l’afrikaans et le shona (Zimbabwe).

Hill a été vice-président de l’Association des correspondants étrangers d’Afrique australe et, de 2011 à 2013, il a été vice-président de l’Association internationale des spécialistes du génocide.

Contactez Geoff Hill par e-mail :  talkafrica@ovation.co.za

Nos articles sont généralement publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire