La France n’est plus seule en Europe, la Suède vient d’annoncer un programme très ambitieux de construction de nouveaux réacteurs nucléaires

L’énergie nucléaire, qui permet de produire une électricité à la fois abondante et décarbonée, a connu depuis quelques années un retour en grâce assez inespéré. Pour autant, les programmes ambitieux de construction de nouvelles centrales et nouveaux réacteurs sont assez peu nombreux, en-dehors évidemment de la Chine. En Europe, le Royaume-Uni, la Finlande, la Pologne, la Tchéquie et la Slovaquie ont fait le choix du nucléaire, mais rien de comparable aux ambitions françaises. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. La Suède vient d’annoncer son intention de construire pas moins de 10 nouveaux réacteurs.

Depuis février 2022, la France a fait de la relance du nucléaire une priorité. Annonce du programme EPR2, agrandissement de l’usine Georges Besse 2CigeoSMR, réacteurs de 4ème génération à neutrons rapides… Pas une semaine ne se passe sans qu’une nouvelle annonce ne soit faite en la matière.

Mais les opposants à l’énergie nucléaire n’ont pas renoncé. Ils dénoncent l’isolement de la France en Europe et même dans le monde. Si jusqu’à ce jour beaucoup de pays ont manifesté de l’intérêt pour une énergie permettant de produire et pour longtemps une électricité abondante et décarbonée, peu d’entre eux avaient annoncé des chantiers de l’ampleur de ceux lancés dans l’hexagone, en-dehors évidemment de la Chine.

La Suède comme la France produit déjà une électricité fortement décarbonée

Face à cet attentisme -et, disons le, cette frilosité générale – l’appel d’Agnès Pannier-Runacher, la Ministre de la transition énergétique, à tripler la production nucléaire mondiale dans les prochaines décennies semblait presque vain. Mais en Europe la France n’est désormais plus seule. Un autre pays européen, la Suède, qui n’avait pas caché son intention de se tourner plus largement vers le nucléaire, vient de dévoiler un programme très ambitieux.

Possédant 6 réacteurs en exploitation dans 3 centrales, le pays scandinave avait choisi à la fin des années 1990, emporté comme les autres par les conséquences de la catastrophe de Tchernobyl, de sortir du nucléaire progressivement, en commençant …

Article réservé aux abonnés
Déjà abonné ? Se connecter

Pour poursuivre la lecture de cet article, Abonnez-vous dès maintenant
à Transitions EnergiesÀ partir de 23€ par an

> JE M’ABONNE

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2024 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2024 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire